C’est un phénomène qui se répand: des privés ou des organisations achètent des parcelles de dizaines d’hectares, parfois de centaines, pour protéger l’environnement. La propriété se mue en arme militante.