Côte d'Azur

Sous le soleil, des cités

Une enquête sur scène présentée par Jean-Baptiste Mouttet

Regarder l’intégrale (1:07)
Dans les cités de l’Ariane à Nice, les Hauts-de-Vallauris ou la Frayère à Cannes vit une population stigmatisée. Crédit: Mediavivant/E.C
Dans les cités de l’Ariane à Nice, les Hauts-de-Vallauris ou la Frayère à Cannes vit une population stigmatisée. Crédit: Mediavivant/E.C

Alors que la French Riviera se pare pour la saison estivale et le tourisme de luxe, une autre réalité est oubliée : la vie dans les cités enclavées de la côte.

Les épisodes

Dans les cités de l’Ariane à Nice, les Hauts-de-Vallauris ou la Frayère à Cannes vit une population stigmatisée. Crédit: Mediavivant/E.C

Live

En direct ce soir pour une nouvelle enquête sur scène

Ce jeudi 23 mai à 19h30, retrouvez en direct l’enquête sur scène «Sous le soleil, des cités.» Alors que la French Riviera se pare pour la saison estivale et le tourisme de luxe, une autre réalité est oubliée : la vie dans les cités enclavées de la côte.

Daphné Gastaldi s'entretient sur scène avec l'historien Yvan Gastaut, qui revient sur la genèse des quartiers populaires de la Côte d'Azur. Crédit: Jean-François Poupelin/Mediavivant

Côte d'Azur

Intégrale : Sous le soleil, des cités

Non loin de la plage, du tourisme de luxe, vit une population confrontée à une violence sociale extrême. Une face A et une face B de la French Riviera. L’enquête sur scène de Daphné Gastaldi est à retrouver en vidéo.

Aller plus loin

Les dettes de transports en commun peuvent dépasser les 10 000 euros pour de jeunes habitants de quartiers prioritaires de Nice. 4 mars 2024. Crédit : D. Gastaldi

Côte d'Azur

[Extrait vidéo] Transports : Des jeunes surendettés avant 18 ans

Dans les quartiers pauvres de Nice, de jeunes habitants s’endettent parfois faute de payer les transports en commun. Des montants faramineux qui les handicapent au début de leur vie professionnelle. Extrait de l’enquête « Sous le soleil, des cités ».

Rendez possible une nouvelle saison
d’enquêtes sur scène

La qualité de l’information a un coût. Nous soutenir, c’est permettre à celles et ceux qui n’ont pas les moyens financiers de s’informer, d’accéder à nos enquêtes en accès libre sur le numérique.

Vos dons sont déductibles des impôts à 66%.

Mediavivant existe aussi en podcast, 

écoutez nos enquêtes sur vos plateformes favorites :