Transport maritime

Rodolphe Saadé privilégie La Tribune à La Provence

Nouveau venu dans le club des milliardaires et patron de presse, Rodolphe Saadé semble favoriser le média économique au quotidien marseillais.

Publié le 5 Fév 2024

 · 

Dernière mise à jour le  5 Fév 2024  à  17h26.

Le journal La Provence aura plus de synergies avec La Tribune sous l'ère Saadé. 05 février 2024. Crédit : D. Gastaldi
Le journal La Provence aura plus de synergies avec La Tribune sous l'ère Saadé. 05 février 2024. Crédit : D. Gastaldi

« On a l’impression de financer La Tribune. » La promesse de Rodolphe Saadé d’investir 7 millions d’euros en 2024 dans le quotidien économique « a été mal prise » par les équipes de La Provence selon Sylvain Pignol, un représentant du SNJ du journal marseillais. « On a l’impression que c’est grâce à l’économie réalisée sur nos salaires », explique-t-il. L’annonce est passée inaperçue début janvier lors de la nomination de sa femme Véronique Saadé  à la présidence de Whynot Media, la branche média de la CMA CGM.

Acquise en mai 2023, La Tribune a déjà été renforcée avec sa formule hebdomadaire La Tribune Dimanche, lancée début octobre pour concurrencer le Journal du Dimanche version extrême droite du groupe Bolloré. Si ce média devrait bénéficier de 45 postes supplémentaires cette année – dont 21 postes de journalistes -, La Provence commence elle à se déplumer. 

Selon le journaliste politique Sylvain Pignol, six CDD n’ont pas été renouvelés au 1er janvier et la fermeture de l’agence d’Orange (Vaucluse) a été actée. En novembre dernier, le troisième armateur mondial a en effet décidé d’un plan de retour à l’équilibre dès 2024, au lieu de 2026, pour le quotidien marseillais. La suppression de 61 postes sur quelque 600, dont une trentaine dans les rédactions, a alors été annoncée, entraînant une grève historique de quatre jours.

Depuis son rachat en septembre 2022 par la CMA CGM et un interminable bras de fer avec un autre milliardaire, Xavier Niel, les salariés de La Provence déchantent. Les promesses faites par Rodolphe Saadé – notamment en terme de maintien de l’emploi et des salaires – tombent toutes les unes après les autres. En plus de la suppression de quelque 10 % des effectifs, les revalorisations salariales sont loin de suivre l’inflation, et l’imprimerie va être déplacée dans le Var sur un site commun avec Nice Matin et Var Matin, propriétés de… Xavier Niel. « Quand tu annonces une croissance par l’investissement, avec un nouveau projet et des missions toujours aussi larges, avoir moins de monde, c’est un mauvais signe », insiste Sylvain Pignol.

L’éditorial pour l’instant préservé

Bien que le poids de Rodolphe Saadé se fasse de plus en plus sentir, à l’image du départ précipité de la DRH de La Provence que nous avons raconté dans « La tour infernale », pour le représentant du SNJ tout n’est cependant pas à jeter avec l’arrivée du troisième armateur mondial. Et d’expliquer : « Si on sent la pression de la CMA CGM sur les dernières décisions stratégiques, ça n’est pas le cas sur l’éditorial. » Les personnes mises en place viennent de médias et même si les réductions d’effectifs ont un impact sur le travail des journalistes, selon lui la rédaction a aujourd’hui « plus de liberté et de possibilités par rapport à l’ancienne direction du groupe Bernard Tapie, qui nous méprisait ». Autre signe favorable selon Sylvain Pignol : la direction du journal n’est pas intervenue auprès de la rédaction après la décision de Renaud Muselier (Conseil régional) et Martine Vassal (Conseil départemental des Bouches-du-Rhône), deux anciens LR passés dans la majorité présidentielle, de réduire les financements à La Provence (insertions, partenariats…) de leurs collectivités.

Si Rodolphe Saadé se limite aujourd’hui à une prise en main de la stratégie de Whynot Media, les choses pourraient cependant évoluer rapidement. La réorganisation du groupe médias de la CMA CGM – qui inclut également Corse Matin et des participations dans Brut et M6 – va aussi toucher l’éditorial. L’ancrage territorial est désormais privilégié et les synergies entre les titres sont amenées à se multiplier. Des pages de La Tribune sont ainsi régulièrement publiées dans les pages de La Provence. Le quotidien économique pourrait aussi être imprimé dans la même imprimerie varoise.

Mieux, les locaux de Grand Central, le nouveau siège de La Provence dans lequel doivent déménager les équipes du quotidien marseillais en juin prochain, doivent aussi accueillir les journalistes de La Tribune de la région.

Jean-François Poupelin


L'actu se raconte aussi dans notre newsletter

Avec des récits exclusifs. Vous y retrouverez également toute l’actualité de Mediavivant : l’avancée du projet, ses événements et les nouveautés.

Totalement indépendant et en libre accès,
Mediavivant dépend de vous !

Quand vous vous informez, quand de nouvelles voix s’élèvent, quand vous participez au Mediavivant, c’est le débat qui s’enrichit et la démocratie qui est stimulée.

Vos dons sont déductibles des impôts à 66%.

Mediavivant existe aussi en podcast, 

écoutez nos enquêtes sur vos plateformes favorites :