Transmission

«La vie d’un centre éducatif fermé»

Des jeunes privés de liberté, qui ont peu souvent la parole, ont réalisé leur propre enquête sur scène. Ils font découvrir la vie d’un CEF. Ce travail mené avec Urban Prod est à écouter sous forme de podcast.

19 Jan 2024
Les outils de l'apprenti journaliste qui mène l'enquête sur scène: la conduite, un micro et un enregistreur. Crédits: JB Mouttet
Les outils de l'apprenti journaliste qui mène l'enquête sur scène: la conduite, un micro et un enregistreur. Crédits: JB Mouttet

L’imposant portail du Centre éducatif fermé (CEF) de Brignoles s’ouvre et laisse entrevoir la vie des mineurs sous surveillance permanente, grâce à un reportage qu’ils ont réalisé eux-mêmes. En fin de session, et malgré le trac de certains, ils restituent leur enquête face aux encadrants

Écoutez-leur enquête. Les voix ont été modifiées car les pensionnaires doivent demeurer anonymes.

Lors des ateliers d’éducation populaire à l’information menés avec l’association socio-culturelle marseillaise Urban prod, du 23 au 27 octobre, le sujet sur « la vie d’un centre éducatif fermé » s’est rapidement imposé auprès des participants. La tâche n’est pas simple. Ils doivent « informer en étant enfermé» en faisant avec les moyens du bord : aucun ordinateur n’est mis à disposition si ce n’est celui que nous amenons et la connexion Internet est aléatoire.

En menant des interviews avec le professeur technique, qui participe à la formation professionnelle à l’insertion, Franck Nicolaïdès, la psychologue Clara de Saint-Léger et l’adjoint technique maintenance Jean-Frédéric Étienne, les adolescents découvrent, eux aussi, le fonctionnement du centre. Ils sont de nouveaux arrivants.

Durant cette semaine, ces jeunes se sont progressivement mués en journalistes. Il y a bien entendu des hésitations mais ils parviennent à s’approprier les méthodes journalistiques : chercher l’information en posant des questions ouvertes, penser au public en reprenant l’interviewé quand un terme n’est pas clair ou en demandant de préciser. « Vous n’avez pas répondu à la question », relance un adolescent qui s’impose dans l’entretien.

Les intervenants sont amenés à se dévoiler. La psychologue Clara de Saint-Léger, confie qu’elle même va voir une psychologue pour faire face à « des situations qui peuvent peser ». Franck Nicolaïdès ne peut cacher son attachement pour les pensionnaires et à leur histoire : « J’ai beaucoup appris avec les jeunes (…). C’est une chance d’avoir cette jeunesse qui vient nous bousculer. »

Les participants des ateliers prennent conscience de l’investissement du personnel, le public de ce qu’ils sont capables de faire.

Jean-Baptiste Mouttet


L'actu se raconte aussi dans notre newsletter

Avec des récits exclusifs. Vous y retrouverez également toute l’actualité de Mediavivant : l’avancée du projet, ses événements et les nouveautés.

Totalement indépendant et en libre accès,
Mediavivant dépend de vous !

Quand vous vous informez, quand de nouvelles voix s’élèvent, quand vous participez au Mediavivant, c’est le débat qui s’enrichit et la démocratie qui est stimulée.

Vos dons sont déductibles des impôts à 66%.

Mediavivant existe aussi en podcast, 

écoutez nos enquêtes sur vos plateformes favorites :