Media

Presse indépendante : la mobilisation se poursuit à Marseille

Deux cent personnes ont assisté à la soirée des Etats généraux de la presse indépendante à Marseille le 25 janvier, co-organisée par Mediavivant et une quinzaine de médias, collectifs et organisations. À écouter sur Radio Galère.

26 Jan 2024
La journaliste Ariane Lavrilleux a rappelé l'importance de défendre le secret des sources. Crédit: S.Whal
La journaliste Ariane Lavrilleux a rappelé l'importance de défendre le secret des sources. Crédit: S.Whal

« Ne coupez pas le fil d’Ariane ». Le panneau est brandi sur scène aux côtés de la journaliste Ariane Lavrilleux, placée 39 heures en garde à vue et dont le domicile a été perquisitionné en septembre à la suite d’une série d’enquêtes sur les ventes d’armes de la France à des régimes autoritaires et sur la coopération antiterroriste franco-égyptienne. Cette scène, lors de la soirée des Etats généraux de la presse indépendante ce 25 janvier, résume la nécessité de continuer à se mobiliser pour libérer l’information.

Nous étions 16 médias, collectifs et organisations à prolonger le mouvement initié par le Fonds pour une Presse Libre. Deux cent personnes ont assisté à l’événement.

Écoutez l’intégralité de la soirée sur Radio Galère :

. Première partie: Les propositions des états généraux de la presse indépendante. Animation: Jean-Baptiste Mouttet (Mediavivant) et Léna Rosada (CQFD).
Avec Charlotte Clavreul du Fonds pour la presse libre à 6min10
Ariane Lavrilleux, journaliste d’investigation et co-sercrétaire générale de Prenons la Une à 16 min.
Meriem Bioud, journaliste indépendante et membre de Prenons la une à 23min
Ophélio Bouvier-Laribi, membre de Un bout des médias à 30min
Michel Gairaud, ancien rédacteur en chef du Ravi à 36min40

. Deuxième partie: La presse marseillaise face aux enjeux d’indépendance à 47min35
Table ronde animée par la journaliste Nina Hubinet.
Avec Coline Charbonnier (15-38 Méditerranée), Sylvain Pignol (SNJ La Provence), Pauline Amiel (directrice de l’École de Journalisme et de Communication d’Aix-Marseille Université), Pierre Isnard-Dupuy (collectif de pigistes Presse-papiers) et Jean-Marie Leforestier (Marsactu).

. Troisième partie : Quelle information voulons-nous ? Une table ronde participative animée par Lisa Castelly de Marsactu et Samuel Wahl de la Fédération de l’audiovisuel participatif en présence notamment de Baya Bellanger (co-fondatrice de La Chance), Annabelle Perrin (co-fondatrice du média épistolaire La Disparition), Romary Daval (UBDM) et Anne Breuzin (Fédération de l’audiovisuel participatif).

La centaine de médias et organisations de journalistes qui ont pris part aux EGPI au niveau national, dressent les mêmes constats : notre système d’information doit être réformé de toute urgence. Il faut « stopper les offensives multiples lancées par les puissances politiques et économiques contre un journalisme indépendant, d’intérêt public et au service des citoyennes et citoyens » et rétablir la confiance entre les médias et le public. Les réponses ne peuvent venir de l’Etat lui-même. Avec les Etats généraux élyséens, lancés en octobre, « c’est le pouvoir qui prétend réformer son contre-pouvoir », selon les mots de François Bonnet, le président du FPL.

Les EGPI présentaient 59 propositions « pour libérer l’info » le 30 novembre dernier à Paris. Il était nécessaire de prolonger cet élan à l’échelle locale où les mêmes dérives sont dénoncées. Sylvain Pignol, représentant SNJ à La Provence, a ainsi rappelé lors de la table-ronde les  pressions politiques que subit sa rédaction. Une pression aussi économique, le titre ayant été racheté il y a un an par l’armateur CMA CGM.

L’information de demain ne peut se construire sans une participation de toutes et tous. Les Marseillaises et Marseillais ont fait part de ce qui manque, selon eux, dans les médias. « Des sujets qui racontent nos vraies vies, notre quotidien », a demandé Fred 48 ans. « Une approche plus ludique, comme La Revue dessinée », souhaite Bob, 38 ans ou encore « de l’indépendance face au pouvoir politique », selon Cécile, 59 ans.

Les autres Etats généraux, ceux de la presse indépendante, se poursuivent partout en France : le 29 janvier à Toulouse ou encore le 6 février à Lyon et d’autres dates sont à venir.


L'actu se raconte aussi dans notre newsletter

Avec des récits exclusifs. Vous y retrouverez également toute l’actualité de Mediavivant : l’avancée du projet, ses événements et les nouveautés.

Totalement indépendant et en libre accès,
Mediavivant dépend de vous !

Quand vous vous informez, quand de nouvelles voix s’élèvent, quand vous participez au Mediavivant, c’est le débat qui s’enrichit et la démocratie qui est stimulée.

Vos dons sont déductibles des impôts à 66%.

Mediavivant existe aussi en podcast, 

écoutez nos enquêtes sur vos plateformes favorites :