Petite enfance

Le rapport choc sur les maltraitances en crèches

Publié le 10 Jan 2024

 · 

Dernière mise à jour le  17 Jan 2024  à  12h56.

Suite au meurtre d'un bébé dans une crèche People&Baby à Lyon, l'Inspection générale des affaires sociales a rendu un rapport sur les dérives dans certaines crèches en France. Lyon, novembre 2023. Crédit : D. Gastaldi
Suite au meurtre d'un bébé dans une crèche People&Baby à Lyon, l'Inspection générale des affaires sociales a rendu un rapport sur les dérives dans certaines crèches en France. Lyon, novembre 2023. Crédit : D. Gastaldi

Après le meurtre d’un bébé dans une crèche à Lyon en juin 2022, une enquête a été menée au niveau national à la demande du ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe. En avril 2023, l’Inspection générale des affaires sociales a remis ses conclusions au gouvernement, après des mois d’auditions et de visites de terrain. Le constat est accablant.

Des dizaines de milliers de témoignages ont permis aux inspecteurs de démontrer des dérives dans certaines crèches en France. Deux mille cas concernent des maltraitances sur des enfants de moins de trois ans. Dans les pires situations dénoncées, des tout-petits ont été laissés dans leurs couches souillées, privés d’eau ou gavés de force, frappés, humiliés, jetés dans leur lit, attachés ou parqués. Les inspecteurs dressent le tableau de « maltraitances institutionnelles » et de risques de dérives importants.

Comme rappelé dans notre enquête « Le business des crèches », les mauvaises conditions de travail (fatigue, surcharge, faibles rémunérations) sont des facteurs qui créent un contexte propice aux négligences ou aux violences sur les bébés. Le nombre important d’enfants à la charge d’un adulte  – 1 adulte pour 8 bébés qui marchent ou 1 adulte pour 5 bébés qui ne marchent pas encore – est un des problèmes dénoncés depuis des années. Le manque de qualification du personnel, le travail à la chaîne, la banalisation des violences sont dénoncés depuis des années par les syndicats et documentés dans ce rapport.

En plus de ces conditions dégradées, le texte souligne le danger de la « course au prix bas » menée par certaines entreprises pour rafler des parts de marché. Il note « une dégradation progressive de la qualité d’accueil au profit de logiques financières », comme dans le secteur des maisons de retraite touché par le scandale Orpea.  

Trente-huit recommandations sont faites dans ce rapport pour éviter la dérive du secteur, dont une hausse des contrôles, l’amélioration du circuit d’alerte, la mise en place d’une carte professionnelle, ou l’obligation de ne jamais laisser d’adulte seul avec les enfants.

Daphné Gastaldi


L'actu se raconte aussi dans notre newsletter

Avec des récits exclusifs. Vous y retrouverez également toute l’actualité de Mediavivant : l’avancée du projet, ses événements et les nouveautés.

Totalement indépendant et en libre accès,
Mediavivant dépend de vous !

Quand vous vous informez, quand de nouvelles voix s’élèvent, quand vous participez au Mediavivant, c’est le débat qui s’enrichit et la démocratie qui est stimulée.

Vos dons sont déductibles des impôts à 66%.

Mediavivant existe aussi en podcast, 

écoutez nos enquêtes sur vos plateformes favorites :